L’homme de la Mancha

Il dit qu’il est né du deuil. Sa mère n’a porté que du noir en raison de décès constants dans la famille. C’est pourquoi il aime tant la couleur, le rouge en particulier, dit-il.

Pedro Almodovar a vu le jour dans un petit village de La Mancha. Très tôt le cinéma, les stars le fascinent. Il collectionne les vignettes des vedettes d’Hollywood qu’il trouve dans les plaquettes de chocolat. Il se passionne pour Sara Montiel et aux autres vedettes de mélos espagnols.

Sa première caméra super 8, il l’achète avec son salaire lorsqu’il travaille à la compagnie de téléphone. Il filme tout, Madrid dans tous ses émois. La ville, les gens. Chanteur, acteur, metteur en scène, il participe à la Movida. Et son premier film Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier, arrive comme une bombe qui explose à la face des bien-pensants.

Pedro Almodovar naît dans l’underground au cinéma. Mais c’est avec Femmes au bord de la crise de nerf qu’il atteint une notoriété hors des frontières espagnoles. Parle avec elle le consacrera. Et on attend son prochain film Volver qui sera présenté au Festival de Cannes.

Aujourd’hui la Cinémathèque française lui rend hommage avec une rétrospective et une exposition passionnante.

L’homme de la Mancha

Almodovar Exhibition !
Jusqu’au 31 juillet
Lieu : à la Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris
Tarifs : de 6€ à 9€

Source : Figaroscope